SNFOLC 13

Nous contacter

SNFOLC 13 :

UD FO, Place Léon Jouhaux, 13 rue de l’Académie,

13232 Marseille cedex 01

Tél : 09 75 70 55 02

snfolc.aixmarseille@wanadoo.fr

 

Nom du responsable de la publication :

Sébastien Puch, secrétaire départemental du SNFOLC 13.

  Bulletin d'adhésion  

Fichier à télécharger et à renvoyer à l'adresse ci-contre

format pdf ou doc :

 

 

 

 

Fiche de suivi de carrière à télécharger

et à joindre au bulletin d'adhésion :

 

 

 

5 raisons d'adhérer à FO :

Bulletin adhesion 2020
418 KB
bulletin_adhesion_2020.pdf
Bulletin adhesion 2020
88 KB
bulletin_adhesion_2020.doc
Fiche de suivi syndical 2020
92.8 KB
fiche_de_suivi_syndical_2020.png
5raisons d adherer a FO
175 KB
5raisons_d_adherer_a_FO.pdf
Adhesion a FO
331 KB
adhesion_a_FO.pdf

Le SNFOLC, libre et indépendant, syndicat fédéré et  confédéré :


> FO : 1er syndicat de la Fonction publique d'Etat

> FNEC FP FO : 3ème fédération de l'académie d'Aix-Marseille (syndicats du 1er, du 2d degré et du supérieur,  syndicat des personnels administratifs, syndicat des personnels de direction, syndicats de la formation professionnelle et de la culture...)

Infos 2019-2020

                                              pour suivre l'actualité syndicale  :

Tous en grève le 4 avril pour le retrait de la loi Blanquer !

04/01/2019

Tous en grève le 4 avril pour le retrait de la loi Blanquer !

Après le réussite de la mobilisation du samedi 30 mars avec près de 5 000 manifestants à Marseille sur le mot d'ordre d'Abandon de la loi Blanquer (sur la banderole de tête), de nouvelles assemblées générales sont convoquées.

Réunis le 25 mars, " SNUIpp-FSU, SNES-FSU, SNEP-FSU, FNEC FP-FO, CGT Educ'action et Sud Education appellent à faire du jeudi 4 avril prochain un prochain temps fort de mobilisations (grève, rassemblements, manifestations...) pour obtenir l'abandon du projet de loi ")
Avec son syndicat national et sa fédération nationale, le SNFOLC 13 appelle les personnels à se réunir en AG pour réaffirmer la revendication de retrait total de la loi Blanquer avec des prises de position appelant à construire la grève massive dès le 4 avril et à discuter de sa reconduction jusqu'à satisfaction de la revendication.

 

 

Alors que le projet de loi dit « pour une école de la confiance » a été massivement rejeté par les organisations syndicales, les organisations de jeunesse et les fédérations de parents d’élèves, alors que les personnels réunis en assemblées générales exigent le retrait de ce projet,alors que le 30 mars, les cortèges étaient très dynamiques, et denses : 15000 à Paris, 2500 à Nantes, 5000 à Marseille, 2000 à Toulouse, 1000 à Niort, 2000 à Angers, 3000 à

Lyon, 3000 à Bordeaux... Les enseignants, auxquels se sont joints de nombreux parents d’élèves, ont massivement répondu à l’appel des syndicats

FNEC FP-FO, SNUipp-FSU, SNEP-FSU, SNES-FSU, SNUEP-FSU, CGT Éduc’action et Sud Éducation pour revendiquer le retrait de la loi Blanquer. le texte

présenté puis adopté à l’Assemblée Nationale le 19 février implique :

 

-La remise en cause de la liberté d’opinion, d’expression et des libertés syndicales, d'une gravité sans précédents, avec l'extension du devoir de réserve à tous les personnels au nom de «l’exemplarité».

-Un corps unique avec statut au rabais de la maternelle à la 3ème, avec possibilité de service partagé entre le 1er et le 2nd degré, des règles de gestion et mutation locales, avec la mise en place des établissements publics

des savoirs fondamentaux regroupant les écoles d’un secteur et un collège. C’est la fin des disciplines, c'est la tambouille locale avec les moyens locaux, bref : l'aggravation des réformes du collège et du lycée. C'est la fin progressive

de la distinction entre 1er et 2nd degrés : or, les professeurs des écoles et les profs de collèges n'ont pas les mêmes obligations de service. Quant au droit de grève, plus restreint chez les PE, ne risque-t-il pas de subir un sérieux coup de

rabot pour les enseignants du 2nd degré ?

-L’autonomie renforcée des établissements et leur mise en concurrence, aboutissant à des inégalités des offres d’enseignement.

-Des menaces sur les écoles et les collèges ruraux et des cadeaux supplémentaires à l’enseignement privé (chèque imposé aux collectivités pour financer les écoles privées avec la scolarisation obligatoire à 3 ans).

« Réforme » des concours, pré-professionnalisation : retrait du projet de loi Blanquer ! Mobilisé-es pour obtenir l’abandon du projet de loi Blanquer