SNFOLC 13

Nous contacter

SNFOLC 13 :

UD FO, Place Léon Jouhaux, 13 rue de l’Académie,

13232 Marseille cedex 01

Tél : 09 75 70 55 02

snfolc.aixmarseille@wanadoo.fr

 

Nom du responsable de la publication :

Sébastien Puch, secrétaire départemental du SNFOLC 13.

  Bulletin d'adhésion  

Fichier à télécharger et à renvoyer à l'adresse ci-contre

format pdf ou doc :

 

 

 

 

Fiche de suivi de carrière à télécharger

et à joindre au bulletin d'adhésion :

 

 

 

5 raisons d'adhérer à FO :

Bulletin adhesion 2020
418 KB
bulletin_adhesion_2020.pdf
Bulletin adhesion 2020
88 KB
bulletin_adhesion_2020.doc
Fiche de suivi syndical 2020
92.8 KB
fiche_de_suivi_syndical_2020.png
5raisons d adherer a FO
175 KB
5raisons_d_adherer_a_FO.pdf
Adhesion a FO
331 KB
adhesion_a_FO.pdf

Le SNFOLC, libre et indépendant, syndicat fédéré et  confédéré :


> FO : 1er syndicat de la Fonction publique d'Etat

> FNEC FP FO : 3ème fédération de l'académie d'Aix-Marseille (syndicats du 1er, du 2d degré et du supérieur,  syndicat des personnels administratifs, syndicat des personnels de direction, syndicats de la formation professionnelle et de la culture...)

Infos 2019-2020

                                              pour suivre l'actualité syndicale  :

-1800 postes : Ecole de la confiance

11/03/2018

-1800 postes : Ecole de la confiance

Déclaration  de la FNEC FP FO - 

« L ’ E c o l e  d e  l a  c o n f i a n c e »  :  m o i n s   1 8 0 0  p o s t e s  d a n s  l ’ E d u c a t i o n 

n a t i o n a l e

CTM du 6 novembre 2018 :

Déclaration liminaire de la FNEC FP-FO Fédération Nationale de l’Enseignement, de la Culture et de la Formation Professionnelle, de la Confédération Générale du Travail - Force Ouvrière 6/8 rue Gaston Lauriau - 93513 MONTREUIL CEDEX - Tel : 01 56 93 22 22 - Fax : 01 56 93 22 40 - email : fnecfp@fo-fnecfp.fr

 

Ce CTMEN se tient une semaine après que le gouvernement a confirmé son intention de porter une attaque sans précédent contre le Statut général des fonctionnaires. Le principe de carrière, la séparation du grade et de l’emploi, le recrutement d’un fonctionnaire sur une mission pérenne, les organismes consultatifs sont directement visés. De plus la mise à mort du Code des pensions est prévue dans le cadre de la réforme des retraites. Casser le statut, contractualiser l’emploi, privatiser les missions, c’est accentuer les inégalités. C'est un choix de société : les plus riches auront le meilleur service rendu au détriment de la plus grande majorité des usagers devenus des clients. Pour mettre en œuvre ce choix le gouvernement préfère la précarité par l’embauche de contractuels. C'est d'ailleurs dans ce cadre que s'inscrit le prétendu pré‐recrutement prévu dans le projet de loi sur l'école de la confiance dont la conséquence sera d'une part de confier des classes à des personnels non qualifiés et de mettre en place un vivier de contractuels avec ceux qui ne seront pas reçus aux concours. Le gouvernement préfère la rémunération au mérite et la fin des garanties collectives. La « véritable culture de l'évaluation » et le passage « d’une gestion statutaire de masse à une logique de personnalisation, de responsabilisation et de valorisation des parcours des professeurs » (nous citons le communiqué ministériel), après rappelons‐le, la mise en place de l'évaluation PPCR des personnels et de son cortège d'arbitraire, ne va‐t‐elle pas dans le même sens ? Cela va aussi de pair avec l’augmentation significative des postes à profil, pour lesquels le recrutement est confié au chef d’établissement. Quelles seront les conséquences de ces annonces sur les rémunérations des personnels et notamment les enseignants dans ce ministère, alors que le gouvernement a explicitement évoqué la remise en cause des déroulements de carrière et la généralisation de l'indemnité de fonctions, de sujétions et d’expertise (IFSE) ? Ce nouveau dispositif a aussi pour but de faciliter la mise en place du futur régime de retraites par points en privilégiant l'indemnitaire sur la rémunération indiciaire. Mais quelles seront les conséquences pour les personnels de l’Éducation nationale ? Que deviendront les régimes indemnitaires existants (ISOE, ISAE, IMP, REP+, etc.) ? Après les allongements de carrière PPCR, les maigres points indiciaires étant largement autofinancés par ceux‐ci et par le transfert primes‐points, va‐t‐on procéder à de nouvelles remises en cause des déroulements de carrière ? Rappelons que PPCR a aussi conforté le gel de la valeur du point d’indice, en plaçant sa revalorisation sous des indicateurs macro‐économiques, outils de la politique d’austérité. Une agence de reconversion pour les agents de l’État devrait, selon les annonces gouvernementales, voir le jour en juillet 2019. A la rentrée prochaine, dans le cadre des suppressions de postes déjà annoncées et de celles qui sont programmées, verra‐t‐on dans ce ministère des personnels, notamment ceux touchés par les conséquences de la réforme territoriale, ou des enseignants poussés vers la sortie pour qu'ils se «reconvertissent » en dehors de la Fonction publique ? Tout le monde sait que la suppression de 50.000 postes de fonctionnaires d’État et 30 milliards d’économies d’ici 2022 implique d'en supprimer 20 à 25 000 dans l’Éducation nationale.

Retraite universel par points c'est toujours non !