SNFOLC 13

Nous contacter

SNFOLC 13 :

UD FO, Place Léon Jouhaux, 13 rue de l’Académie,

13232 Marseille cedex 01

Tél : 09 75 70 55 02

snfolc.aixmarseille@wanadoo.fr

 

Nom du responsable de la publication :

Sébastien Puch, secrétaire départemental du SNFOLC 13.

  Bulletin d'adhésion  

Fichier à télécharger et à renvoyer à l'adresse ci-contre

format pdf ou doc :

 

 

 

 

Fiche de suivi de carrière à télécharger

et à joindre au bulletin d'adhésion :

 

 

 

5 raisons d'adhérer à FO :

Bulletin adhesion 2020
418 KB
bulletin_adhesion_2020.pdf
Bulletin adhesion 2020
88 KB
bulletin_adhesion_2020.doc
Fiche de suivi syndical 2020
92.8 KB
fiche_de_suivi_syndical_2020.png
5raisons d adherer a FO
175 KB
5raisons_d_adherer_a_FO.pdf
Adhesion a FO
331 KB
adhesion_a_FO.pdf

Le SNFOLC, libre et indépendant, syndicat fédéré et  confédéré :


> FO : 1er syndicat de la Fonction publique d'Etat

> FNEC FP FO : 3ème fédération de l'académie d'Aix-Marseille (syndicats du 1er, du 2d degré et du supérieur,  syndicat des personnels administratifs, syndicat des personnels de direction, syndicats de la formation professionnelle et de la culture...)

Infos 2019-2020

                                              pour suivre l'actualité syndicale  :

CR FNEC du CTA du 23 janvier 2019

01/28/2019

CR FNEC du CTA du 23 janvier 2019

Etude des postes 2nd degré et des personnels administratifs, voie professionnelle et voeux FO

CR FNEC du CTA du 23 janvier

 

1 : Postes second degré

La rentrée 2019 (tout comme la précédente au demeurant !) se présente sous le signe de l’austérité. Nationalement, ce sont 2650 postes qui sont supprimés (2250 dans le second degré et 400 chez les administratifs). Dans le premier degré, près de 2000 postes vont manquer pour répondre au besoin crée par la croissance démographique.

Dans l’académie, 44 postes sont supprimés dans le second degré, 9 chez les administratifs ; quant au premier degré, les moyens attribués par le ministère ne permettront pas à la fois de dédoubler les classes de CE1 en EP et d’ouvrir les classes nécessaires au titre de la démographie.

Pourtant, la croissance des effectifs scolaires est très importante. Près de 3086 élèves supplémentaires (premier et second degré confondus) sont attendus dans l’académie ! Dans les collèges des Bouches du Rhône, ce sont 1725 élèves en plus qui sont attendus, soit en moyenne, une douzaine d’élèves supplémentaires par établissement (chiffre donné par le DASEN des BdR). De quoi ouvrir presqu’une classe par établissement dans ce département !

A la rentrée prochaine, la baisse du taux d’encadrement dans le second degré va donc comme l’an passé se poursuivre, entrainant par conséquent une hausse du nombre d’élèves par classe. Comme FO l’a souligné, c’est la dégradation des conditions de travail des enseignants comme de leurs élèves qui est malheureusement à l’ordre du jour de ce budget de rentrée.

FO refuse ces choix budgétaires et a revendiqué au cours de ce CTA les moyens nécessaires pour faire fonctionner l’école de la République. Nous avons décidé de présenter un vœu réclamant le maintien de tous les postes prévus à la fermeture afin de ne pas dégrader encore le taux d’encadrement. FO durant les débats, a exigé que tous les lycées et collèges conservent leur dotation. Partout où une hausse du nombre d’élèves est envisagée, des moyens supplémentaires doivent être déployés tant en heures qu’en postes.

Nous avons pris appui sur quelques motions d’établissement (LGT Jean Perrin, lycée des Iscles…) pour démontrer l’exaspération des collègues et leur détermination à voir satisfaire leurs revendications. Ils ne tolèreront pas une croissance des effectifs, une diminution des heures dévolues aux dédoublements, un abandon des projets pédagogiques qu’ils portent.

Pour compenser les retraits de postes, le ministère anticipe l’obligation faite à chaque enseignant du second degré d’accepter une heure supplémentaire. Pourtant, le projet de décret ne sera présenté en CTM que le 30 janvier. FO a dit son opposition à cette mesure et s’est insurgé contre la méthode qui consiste à mettre en œuvre un projet sans même attendre la consultation des instances règlementaires. Cela illustre parfaitement le peu de cas que ce gouvernement fait de la représentation des personnels.

A la dégradation des conditions de travail liée à la croissance du nombre d’élèves dans les classes s’ajoute donc la hausse du temps travail !

S’agissant de la réforme du lycée, FO a rappelé son opposition et a dénoncé une dégradation considérable des conditions de travail, ce dès la rentrée prochaine. Pour satisfaire les demandes des élèves, qui selon les textes sont parfaitement libres du choix de leurs enseignements de spécialité, il n’y aura d’autres possibilités pour les Proviseurs que de construire des enseignements en « barrettes ». Cela se fera forcément au détriment des vœux des enseignants dans les EDT, ce que FO a dénoncé.

Dans l’après-midi, un échange (bien long) a eu lieu entre les représentants du SNES et de l’administration concernant les enseignements de « spécialité » ainsi que les options en LGT. Pour le SNES, « les profs essaient d’obtenir de minces avancées partout où ils le peuvent. C’est pour cela qu’ils investissent tous les cardes de discussion possibles, notamment dans les établissements (Conseils péda et CA). »

2 : Postes d’administratifs

FO a dénoncé la suppression de postes tant au niveau national qu’à l’échelle de l’académie. Nous avons fait la démonstration, à partir des chiffres de la base électorale, que plus de 550 postes avaient été supprimés depuis 2007 (provoquant au passage l’étonnement du SG lui-même (« Ces chiffres ne peuvent être exacts ; c’est comme nous avions fermé le rectorat ! ») Moins de postes, cela signifie toujours une charge de travail qui augmente et un recours croissant à la précarité.

FO, lors des débats, est largement revenu sur la question de la fusion des académies d’Aix et de Nice et sur « mutualisations » qui en sont l’objet. Pour FO, ces mutualisations auront un impact sur les personnels, tant concernant leurs fonctions que leur affectation. Les informations concernant la fusion des académies d’Aix et de Nice sont toujours très imprécises, en premier lieu concernant le siège de la future région académique.

Le SG assure toujours, comme le Recteur lors du CTA de rentrée, qu’aucune suppression de poste n’est à l’ordre du jour, pas plus que la mobilité forcée. Seules les fonctions des personnels de certains services ont vocation à évoluer, ainsi celle du poste de chef de service de la DIEPAT du Rectorat d’Aix. Le projet d’ensemble vise à constituer des pôles afin de « maintenir » les différents sites, tant pour les Rectorats que s’agissant des DSDEN.

FO a obtenu au terme des débats la convocation d’un CTS dans les prochaines semaines. Quant au CHSCT académique, il enquête sur la situation des adjoints gestionnaires, après l’entrée en vigueur depuis l’an passé de la carte cible des agences comptables (à laquelle la totalité de la représentation des personnels s’était opposée.)

3 : Voie professionnelle

FO qui refuse le plan de démantèlement de la filière GA, a consacré une déclaration particulière à ce point de l’ODJ. La carte cible présentée lors du GT préparatoire de décembre dernier est inacceptable. FO a obtenu que cette question soit dissociée du reste de l’examen de la carte des formations et a soumis un vœu présenté ci-dessous.

Lors des échanges l’administration s’est voulue rassurante malgré les critiques nombreuses et diverses, émanant des différents représentants. Elle a rappelé qu’il s’agissait là d’un plan national et a rendu compte des premiers échanges apparemment positifs avec certains collègues en recherche de reconversion. Par ailleurs, il a été annoncé que les établissements ne devraient pas y perdre en termes de volume de formation, la suppression de la filière GA étant dès cette rentrée compensée notamment par des ouvertures en « accueil et relation clients » (ARCU)

FO a répondu en dénonçant le caractère très général des informations données aux candidats à la reconversion. Les enseignants veulent au contraire des informations précises et un accompagnement dans leur démarche. Se pose également le problème des mesures de « carte scolaire », d’une ampleur inédite dès cette année.

Le CHSCT académique devrait saisi de cette question.

4 : Vœux proposés par FO

A noter que FO a été la seule organisation à proposer le vote de vœux engageant les représentants du personnel.

Vœu 1 : Postes :

« Le CTA d’Aix-Marseille refuse la baisse du taux d’encadrement et réclame par conséquent le maintien de tous les postes d’enseignants et d’administratifs prévus à la suppression dans le budget académique. »

Pour : FO (2), FSU (4), CGT (1) et SIAES (1)

Vœu 2 : Restructuration de la filière professionnelle GA (gestion administration) :

« Le CTA Aix-Marseille rejette la carte cibles des baccalauréats professionnels GA et demande :

-Une baisse du volume des fermetures, un allongement de la durée et une meilleure répartition par année de la carte cible

-Une facilitation des procédures de reconversion proposées aux collègues de GA, ainsi que des garanties sur leur réaffectation en cas de reconversion. »

 

Pour à l’unanimité (10)

 

5 : Points soumis au vote

Le recteur ayant accédé à la demande de FO, la question de la filière GA a été examinée séparément et a donné lieu à un vote particulier. Tous les représentants s’étant opposés aux mesures de fermetures proposés dans la « carte cible », le CTA sera reconvoqué lundi 4 février à 11h.

Sur la carte des formations professionnelles et postbac :

Pour : Unsa (2) ; Contre : FO (2), FSU (4), CGT (1) et SIAES (1)

Sur les ajustements de la carte des enseignements de spécialités (dans le cadre de la réforme du lycée et du Bac) :

Pour : Unsa ; Abstention : FSU (4) ; Contre : FO (2), CGT (1) et SIAES (1)

Les explications de vote méritent d’être données. Tandis que FO, la CGT et le SIAES ont indiqué émettre un vote négatif en cohérence avec leur opposition à la réforme du lycée et à sa mise en œuvre, la FSU a quant à elle a indiqué prendre acte des avancées positives sur la carte des enseignements de spécialité, faisant suite à des demandes que l’organisation avait formulée.

Motion Lycée Jean Perrin CHSCT FO : CR les punaises de lit